Lettres des Présidents

Loïc CADIET

Heidelberg, LE 29 juillet 2011

1. Tout d'abord, mes excuses pour ne pas parler l'allemand, mais Ferrand Frédérique a fait si bien mercredi qu'elle a parlé pour deux.

L'Assemblée Générale de l'Association Internationale m'a fait hier le grand honneur de me dénommer comme son nouveau président.

Je ne sais pas si c'est une bonne idée ou pas, mais je ferai de mon mieux pour ne pas vous décevoir et pour accomplir tous les devoirs que cet honneur exige.

Je le ferai avec votre aide indispensable, comme nous l’avons toujours fait. Vous n'avez pas élu un seul homme, mais un groupe, je dois dire qu'une équipe et je peux dire une merveilleuse équipe. Je sais que je peux compter sur le soutien d'Oscar Chase, Michele Taruffo, Masahisa Deguchi, Eduardo Oteiza, Janet Walker, Neil Andrew, Burkhard Hess et Manuel Ortells Ramos, aussi bien que le vôtre et particulièrement l'aide des membres et particulièrement l'aide des membres du Conseil que nous avons décidé d'élever de 20 à 25 pour améliorer sa représentativité et pour faire particulièrement plus de place aux collègues féminins aussi bien qu’aux jeunes collègues.

L'histoire de notre Association est l'histoire d'un défi collectif. Génération après génération pendant plus de soixante ans, depuis que l'Association a été fondée à Florence, nous écrivons ensemble cette histoire comme une nouvelle chaîne.

Je ne cacherai pas mon émotion. Je me mesure le poids de la responsabilité confiée.

Je le mesure lorsque je regarde vers le passé, si bien décrit par Federico Carpi au Gand il y a quelques années, lorsque je me souviens d'Enrico Redenti, Niceto Alcalà-Zamora y Castillo, Mauro Cappelletti, Marcel Storme, Federico Carpi et Peter Gottwald, toutes ces personnalités qui ont gouverné notre association. Tous, avec leurs collègues du présidium et le conseil, ont travaillé dur, le plus souvent à leurs propres dépenses, investissant beaucoup de temps et d'énergie dans la préparation des congrès, l'édition des livres, le développement de l'adhésion et tant d'autres tâches. Mes remerciements spéciaux ici aux membres honoraires du présidium : particulièrement José Carlos Barbosa Moreira, Ada Pellegrini Grinover, Yasuhei Taniguchi et Keith Uff.

Merci à eux et aux collègues qui ont accepté et qui accepteront d’organiser des congrès mondiaux si importants et des conférences régionales. Merci beaucoup Burkhard, tous vos collègues du Comité chargé de l'organisation, sans oublier votre équipe administrative, particulièrement Henriette Beisel, sans oublier Mme Hess parce que je sais comment l'organisation d'un tel congrès exige du temps et de l'énergie au détriment de la vie familiale. Grâce à vous, grâce à eux, on a consolidé l'Association au cours des années, on l’étendue dans le monde entier et on a augmenté ses activités. Aujourd'hui notre association a presque quatre cents membres dans le monde entier, représentant plus de 50 pays.

Je n'ai pas connu personnellement Redenti, Alcalà-Zamora ni Cappelletti, mais j'ai eu la chance de marcher très proche de Marcel Storme, qui était le Président quand je suis devenu un membre de l'association et un membre du Conseil, de Federico Carpi et de Peter Gottwald, lorsque je suis devenu le Secrétaire général exécutif. J'ai beaucoup appris d'eux. J'espère que je pourrai à mon tour transmettre la mémoire et la connaissance inestimable qu’ils m'ont généreusement donné.

2. Je mesure aussi le poids des responsabilités qui m'ont confiées lorsque je regarde vers l'avenir. Dans son message écrit fin juin, Federico Carpi nous dit que l'avenir est à nos mains et que nous devons assurer le changement dans la continuité. Je crois que oui, dans la composition comme dans les activités de notre Association.

Dans sa composition, la continuité est la présence dans le presidium de nos collègues Michele Taruffo, Oscar Chase y Masahisa Deguchi; c'est la présence dans le conseil de nos collègues José Robert Dos Santos Bedaque, Frédérique Ferrand, Moon-hyuk Ho, Miklós Kengyel, Dimitri Maleshin, Vytautas Nekrosius, Walter H. Rechberger, Rolf Stürner, Piet Taelman, Alan Uzelac, Garry D. Watson.

Le changement est l'arrivée dans le presidium de nos collègues Janet Walker, Neil Andrews, Burkhard Hess, Manuel Ortells Ramos et Eduardo Oteiza. Dans ce presidium, les vice-présidents sont Oscar Chase (Amérique du Nord), Masahisa Deguchi (Asie), Eduardo Oteiza (Amérique latine) and Michele Taruffo (Europe); Neil Andrews, Burkhard Hess, Manuel Ortells Ramos and Janet Walker composent le Secretariat-général, Manuel Ortells Ramos en tournant le Secrétaire général exécutif et Burhard Hess le Trésorier de l'Association après une courte période de transition.

Le changement est aussi dans l'arrivée dans le conseil de nos collègues Thérèse Armenta Deus, Thérèse Arruda Alvim Wambier, Paolo Biavati, Remo Caponi, Laura Ervo, Ferdinand Gascon Inchausti, Angela Ester Ledesma, Richard Markus, Remco van Rhee and Michael Stürner.

Prenant en considération, en deuxième lieu, ses activités, la continuité est première et principalement la fidélité aux principes qui ont mené à la formation de l'association, dans les séquelles de la Deuxième Guerre mondiale. Nous écoutons que Piero Calamandrei disait dans son rapport final du premier congrès mondial de procédure civile à Florence, qui a eu lieu du 30 septembre au 3 octobre 1950 : "L'étude, considérée comme mission et comme une coopération humanise nous apporte ce grand soutien que nous avons expérimenté jusqu'à présent, même durant le congrès. C’est cette pérennité, ce lien qui est constant entre les hommes, même au cours des périodes dans lesquelles les armes atteignent les barrières les plus sauvages. Et même si la guerre semble diviser les peuples avec brutalité, au-dessus du conflit, les livres continuent leurs colloques à distance. Cette fraternité, cette solidarité persistent malgré tout, dans les cieux de l’esprit ».

Notre responsabilité est d'alimenter entre tous les processualistes du monde, le respect mutuel des différences, le feu de la solidarité, de la coopération et de l'amitié pour promouvoir une justice plus humaine et plus démocratique, une protection juridictionnelle plus efficace en respectant le droit à un jugement juste. Notre association doit continuer à être une grande famille, où les mêmes idéaux de justice doivent être plus forts que les affiliations nationales, politiques ou religieuses. Dans notre maison commune, il n'y a pas d'espace pour nationalisme, extrémisme, xénophobie, intolérance.

Dans cet esprit, la continuité est aussi l'organisation des conférences l’année prochaine à Buenos Aires, en juin, et à Moscou en septembre; en 2013 en Grèce, en 2014 en Corée du Sud, et ensuite la préparation du quinzième congrès mondial ; notre association a de bons contacts, spécialement avec nos collègues de la Turquie. Dans les mois suivants nous pourrons vous  donner d’avantage d'informations. Merci infiniment à nos amis OTEIZA, MALESHIN, KLAMARIS, et HO. Nous allons faire aussi des efforts pour développer l'association dans le monde, là où (elle n'existe pas encore ou existe de manière peu nombreuse : l'Afrique, le Moyen-Orient, l'Asie centrale et la Chine.

En ce qui concerne le changement, c'est principalement de nous doter de nouveaux outils de développement. Nous avons déjà commencé avec la modernisation durant ce congrès des Statuts de l'association, avec la création de notre Revue internationale de procédure dont le premier numéro a été publié par Intersentia il y a quelques jours. Merci beaucoup à Marcel Storme pour son initiative, son implication et sa détermination dans ce domaine. Nous allons poursuivre avec la conception d'une page Web dynamique et interactive pour laquelle notre collègue et ami Eduardo Oteiza a quelques idées. Notre activité doit aussi essayer d'avancer dans de nouvelles directions, spécialement dans une direction des jeunes processualistes qui sont l'avenir de notre association. Nous avons à trouver la manière de les faire participer plus de près de nos activités : par exemple, créer une rubrique "Jeune processualiste" dans notre Revue, organiser des rencontres doctorales et post-doctorales, peut-être remettre un prix aux meilleurs jeunes processualistes.

Bien sûr ce n’est pas facile mais le mouvement se fait en marchant. Une autre direction pourrait être l'institution de commissions permanentes, qui seraient groupes de travail ouverts à tous les membres de l'association sur une base volontaire, dédiés aux questions particulières comme, par exemple, la terminologie procédurale. Les congrès et les conférences ne doivent pas être notre horizon unique. Nous pouvons, devons, essayer ces pistes même modestement, en travaillant ensemble. Nous sommes ouverts à toutes les idées. Rome a eu besoin de beaucoup de temps pour que ce soit Rome. Notre association a besoin aussi de beaucoup de temps. Ses Remus et Romulus s’appelaient Enrico Redenti, Hans Schima, Adolf Schönke, Victor Fairén-Guillen, Robert Wyness Millar, Niceto Alcalà Zamora, Oscar de Cunha et Eduardo Couture.

3. Mais, dans l’immédiat, c’est un autre chemin que nous allons emprunter, demain, celui de Strasbourg, et puisque l’occasion m’est offerte aujourd’hui de m’exprimer dans ma langue maternelle, ce dont je remercie chaleureusement les organisateurs du congrès, je souhaite pouvoir vous dire un mot de Strasbourg, pour deux raisons.

 La première raison est que je souhaite rassurer Burkhard qui, lundi dernier, lors de la séance d’ouverture du congrès s’inquiétait, avec délicatesse, que le choix d’organiser une visite à Strasbourg à la suite d’un congrès ayant lieu à Heidelberg soit mal compris. Il n’y a aucune raison qu’elle le soit. Qu’il se rassure. Strasbourg est certes située en France mais Strasbourg est une ville européenne, à la fois siège d’institutions de l’Union européenne et du Conseil de l’Europe. L’européanité de Strasbourg est inscrite dans son paysage, dans ses monuments, dans les gens qui y vivent, dans les langues qu’on y entend, dans le droit qu’on y enseigne à la faculté.

Ce qui me conduit à la deuxième raison de parler de Strasbourg et cette fois-ci c’est à Herbert Kroncke que je ferai référence. Lundi dernier, notre collègue nous a expliqué les bonnes raisons qu’il y avait de considérer qu’Heidelberg était un bon choix pour ce 14ème congrès de l’AIDP et, au nombre de ces raisons, figuraient les noms des grands professeurs de droit international et de droit processuel ayant enseigné à Heidelberg depuis sa création. Il ne m’en voudra pas si j’ajoute à sa liste le nom d’un professeur de droit civil de cette belle université, un professeur de droit civil bien connu des juristes français, dont l’œuvre a été popularisée en France au 19ème siècle par deux professeurs de droit civil de la faculté de droit de Strasbourg qui, par la suite, écriront leur propre traité qui deviendra, pendant plusieurs décennies, la source d’inspiration principale de la Cour de cassation dont ils seront devenus membres. A cette époque du 19ème siècle, le code Napoléon était encore applicable dans cette partie de l’Europe et ce professeur allemand en avait fait le commentaire selon une méthode nouvelle que suivront à leur tour les deux professeurs français. Ce professeur d’Heidelberg est Karl-Salomo Zachariae et ces deux professeurs de Strasbourg sont Charles Aubry et Charles Rau. Il se trouve que le Cours de droit civil français d’après la méthode de Zachariae d’Aubry et Rau comportait deux parties, une première partie intitulée Droit civil théorique français et une deuxième partie intitulée Droit civil pratique français, dans laquelle Aubry et Rau traitaient de l’action et des exceptions, de l’autorité de la chose jugée, de la preuve et de la prescription, qui sont aussi des questions de procédure civile où se manifeste le plus la dialectique du droit substantiel et du droit processuel, ce qui nous ramène à l’objet de notre congrès et me conduit en même temps au point final de mon intervention.

 Gracias por su atención

Thank you for attention.

Merci pour votre attention, et rendez-vous à Buenos-Aires, puis à Moscou.


 

Peter GOTTWALD

2010

Chers membres et amis,

Dans ces temps de turbulences économiques et politiques, l'IAPL fleurit. Après une longue et très fructueuse période où Marcel Storme était le président, nous sommes dans un temps de transition, de manière très naturelle, où une jeune génération reprendra et exécutera l'activité de l'IAPL.

 Cette transition est apparente avec les fonctions du président. La dernière " lettre du président" de 2009, de Federico Carpi, et maintenant, depuis septembre 2009 c’est mon tour de présider, le plus jeune élu au présidium en 1995. Notre Président Honoraire Marcel Storme peut célébrer ses 80 ans cet été. Federico Carpi a achevé la 70ème année de sa vie en janvier. Moi-même j'ai passé l'âge de 65.

Federico Carpi était un Secrétaire général fortement estimé, très diligent et un Président impressionnant. Au nom de nous tous et personnellement je voudrais le remercier (et sa femme Paola) très chaleureusement pour son engagement personnel en faveur de l'IAPL au cours d'une si longue période.

Dans sa lettre de 2009, Federico nous a rappelé l'histoire respectable de notre Association et il était parfaitement juste de saluer de nouveau tous les grands scientifiques qui ont pris directement partie dans la vie de l'IAPL. Qui veut apprendre sur les enseignants célèbres de droit processuel des années cinquante à la première décennie du 21e siècle est avec bonté invité à lire de nouveau le rapport attirant de Federico.

Comme lui, je me sens très honoré devenir le président après 14 ans en tant que secrétaire général. Je suis très heureux et très reconnaissant.

L'entreprise principale de ma présidence devra intensifier nos efforts pour améliorer la coopération transnationale entre les avocats et l'échange d'information légale, ceux-ci étant les objectifs de base de notre association, aussi bien que pour encourager les jeunes savants de tout le monde pour s'engager en cette coopération.

Depuis 1978 les rapports de nos Congrès et de toutes les conférences intérimaires sont publiés et forment une bibliothèque remarquable de droit processuel comparatif. Nous manquons cependant toujours d'une plate-forme constante pour l'échange d’idées qui soit ouvert à tous les membres et non seulement à un nombre limité de membres. Sur une première suggestion faite par Stefan Leible et sur l'effort particulier de Marcel Storme, l'IAPL va maintenant lancer un nouvel outil multilingue, le "International Journal of Procedural Law". Ce journal sera publié deux fois par an par les éditeurs Intersentia, en Belgique, avec Loîc Cadiet et moi comme rédacteurs en chef, conjointement avec une équipe excellente de rédacteurs, assistants de rédacteurs et conseillers seniors. Le journal contiendra des articles en anglais, français, allemand, italien et espagnol. Le premier numéro paraître au printemps 2011.

Comme notre journal sera un forum international commun, vous êtes tous invités à soumettre vos propositions aux rédacteurs généraux. Pour assurer une haute qualité, tous les articles sont soumis à un examen avant d’être acceptés pour la publication. Je suis confiant que nos efforts communs mèneront le journal au succès, devenant bientôt une revue principal de droit processuel dans un contexte international.

De plus, nous améliorerons le site Web de l'IAPL, pour le convertir, notamment, dans une plate-forme techniquement indépendante de l'IAPL.

Au demeurant, les deux conférences qui avaient été annoncées dans la dernière lettre présidentielle ont été tenues avec grand succès. Manuel Ortells Ramos (avec son équipe) a parfaitement organisé la conférence en octobre 2008 à Gandia et Valencia, en Espagne. Déjà à la conférence il pouvait présenter deux volumes sur "La procédure orale et écrite : Efficacité dans la procédure civile" (édité conjointement avec Federico Carpi) et un volume sur "Appel aux cours suprêmes en Europe". Janet Walker et Oscar Chase (conjointement avec leur équipe) pouvaient, de même, offrir une conférence brillante en juin 2009 à Toronto. Les rapports présentés ont récemment été publiés par LexisNexis, dans un livre intitulé "Le Droit coutumier, le Droit civil et l'Avenir de Catégories." Mille mercis de nouveau à tout qui ont contribué au succès de ces conférences.

Cette année nous aurons très bientôt à la conférence à Pécs "Justice Électronique - Présent et avenir", le 23-25 septembre 2010, organisé par Miklos Kengyel. La conférence est consacrée à toutes les innovations et les changements que l'introduction ou, dois je dire, l'invasion de la technologie de l'information électronique moderne nous mènera à dans le système de justice civil. Pécs est une ville remarquable en Hongrie du sud, valable pour être visitée comme l’une des capitales culturelles de l'Europe.

L'année suivante, le 25-30 juillet 2011, le XIV Congrès mondiale de droit processuelle aura lieu à Heidelberg (Allemagne), localement organisée par Burkhard Hess dans les célébrations du 625ème anniversaire de l'Université Ruprecht-Karl de Heidelberg. Après beaucoup d'années de concentrer l'efficacité de justice civile

Après de nombreuses années concentrées sur l'efficacité de la justice civile, le congrès est consacré au cœur de nos activités, à savoir "La justice procédurale". Tous les membres de l'IAPL sont invités à participer à cet événement à la ville romantique de Heidelberg.

Pour 2012 je peux même annoncer deux conférences : une au printemps en Argentine, organisée par Eduardo Oteiza au nom de l’Association argentine de droit processuelle et de l'Institut d'Ibero-americain de droit processuel, sur Les actions collectives et un deuxième à Moscou (Russie), organisée par Dmitri Maleshin de l'Université Lomonossov, sur "La procédure Civile dans l'Eurasie dans un dialogue multiculturel". Nous sommes très heureux qu'il soit possible d'avoir de telles conférences pour la première fois dans les deux pays.

Cette lettre ne finira pas sans mille mercis à tous les membres du présidium pour leur aimable coopération, notamment à notre Secrétaire général exécutif Loïc Cadiet, pour la gestion amicale des affaires quotidiennes et pour la préparation de cette nouvelle édition de la liste de Membres.

En conclusion, je prie tous les membres d'utiliser toutes les possibilités offertes d’échange savant et personnel, et de présenter leurs idées dans le forum de l'IAPL, d’encourager les jeunes académiciens qui sont intéressés dans la coopération internationale pour participer aux activités de l'IAPL et de les dénommer en qualité de nouveaux membres.


 

Federico CARPI, 2009

Chers Membres, chers Amis,

Il est dur d'expliquer comment il est possible d'avoir de tels sentiments contradictoires : d'une part, la gratitude pour votre vote de confiance en me désignant le Président et, d'autre part, l'anxiété relative au fait de mériter cela et à la capacité d'accomplir toutes les tâches que cet honneur exige.

Je suis soulagé si je pense que j'effectuerai les fonctions Présidentielles comme "dispatch rider" avec Peter Gottwald et que je peux compter sur le soutien d'Ada Pellegrini Grinover, Oscar Chase, Masahisa Deguchi, Loïc Cadiet, Michele Taruffo, aussi bien que le vôtre.

Mes pensées vont chez les maîtres qui sont venus avant moi : Enrico Redenti, Niceto Alcalà Zamora y Castillo, Mauro Cappelletti aussi bien que, bien sûr, Marcel Storme. Et à tous les membres qui ont fait tant pour notre association, y compris l'organisation des congrès mondiaux et les colloques qui étaient si importants pour le développement de la comparaison du droit processuel civil.

Je pense à José Carlos Barbosa Moreira et Yashuei Taniguchi, pendant de nombreuses années le vice-présidents de notre association, toujours présents à nos réunions malgré les longs voyages qu'ils ont dû faire pour apporter leur conseil précieux sur le choix de sujet et des orateurs dans les congrès; je pense à Walter Habsheid, Pessoa Vaz, Ulla Jacobsson et monsieur Jack Jacob, Wedekind, Pelaya Yessiou-Faltsi, Walter Rechberger, Kostantinos Kerameus, Italo Andolina, Mieczyslaw Sawczuk et tant d'autres, parmi lesquels qui je ne peux pas oublier le professeur Sherman et le Professeur Yannopulos qui nous ont accueillis dans la Nouvelle Orléans, je ne peuvent oublier non plus Tony Jolowicz, Vittorio Denti, Augusto Morello, Jacques Normand et Roger Perrot et par dessus tout, notre cher Cipriano Gomez Lara, qui nous a quittés après ses grands efforts dans l'organisation du XII congrès au Mexique. Et ensuite, il y a aussi nos collègues japonais et le congrès qu’ils ont organisé : d'abord Takeshi Kojima à Tokyo et ensuite Masahisa Deguchi dans Kyoto en 2006.

Dans ces années, le travail difficile de secrétaire a été partagé avec Peter Gottwald et Keith Uff et c’est aussi grâce à eux que l'association est devenue plus forte et plus grande, avec plus ou moins 350 membres dans le monde entier. La liste d’adhérents en  est la preuve.

Le Secrétaire Exécutif, professeur Loïc Cadiet a préparé ce livret : laissez-moi lui exprimer notre gratitude pour son travail magnifique. Mais c'est particulièrement grâce au grand engagement, au travail et à l'enthousiasme de Marcel Storme, maintenant le Président Honoraire, que l'association s’est développée partout dans le monde, comme en a témoigné le dernier congrès mondial tenu à Salvador de Bahia, au Brésil. Ce congrès était impeccable, en raison de l'organisation d'Ada Pellegrini Grinover, de Petronio Calmon Filho et leurs équipes envers qui nous sommes très reconnaissants.

Je suis certain que l'avenir apportera un nouveau développement de coopération tant dans le domaine professionnel que dans des relations amicales pour nous tous.

Le colloque sur "La procédure orale et écrite : l'efficacité dans la procédure" qui sera tenu à Valence de 6 au 8 novembre 2008 est maintenant prêt, grâce au professeur Manuel Ortells Ramos.

Ensuite, il y aura le colloque du  3 au 6 juin 2009 à Toronto, sur lequel je travaille déjà avec Oscar Chase, Janet Walker et Collem Hanycz, avec la présence constante, j'imagine, de Garry Watson; le sujet général sera "Ni Commun, ni Civil law: Réforme Procédurale et le nécessité de nouvelles catégories".

En outre, en 2010 il y aura un colloque dans les Pecs,  en Hongrie; en 2011 le XIV congrès mondial sera à Berlin et Neil Andrew a proposé un colloque à Cambridge.

C'est grâce à l'organisation de ces événements que nous devrions exprimer notre grande satisfaction pour tous les accomplissements qui facilitent l'échange de la recherche et la connaissance avec des experts de tout le monde.

Tout ceci peut constituer un apport significatif à l'avenir de l'une des activités humaines les plus nobles, le développement de justice, à satisfaire les demandes de l'État moderne et à garantir la protection effective, sur un plan constitutionnel et supra national, de droits fondamentaux humains.

En entretenant la connaissance mutuelle, l'observance de la loi, le sens d'affiliation à une grande famille - comme notre Association a été bien définie – nous pouvons contribuer à la tentative de combattre l'extrémisme et tous les abus. Enfin, il pourrait mener à la préservation du bien suprême, tamponné trop souvent, qui est la paix, le respect de droits et leur protection juridictionnelle.

Concluant son rapport au Colloque de Lund, en ce qui concerne l'esprit de notre Association, Mauro Cappelletti a noté que : "c'est une association ouverte à des académiciens; c'est-à-dire aux académiciens de droit processuel de tous les pays, de toutes les races, de tous les credos, sans barrières ou discrimination.

Être une association savante ne signifie pas s'isoler de la vie réelle.

Nous sommes des académiciens qui traitent avec la loi et la loi est, bien sûr, un phénomène politique, une réalité cruciale de vie sociale."

Ceux-ci sont les mots que je considère être encore aujourd'hui les meilleurs.

Comme nous pouvons voir, les fondations de l'Association internationale de droit processuel sont fortes : vivat, floreat, crescat!


 

Marcel STORME

 Gand, 16 Janvier 2007

Ce n'est pas sans une certaine nostalgie que j'ajoute un avant-propos court à la publication de notre livret contenant les noms des membres de notre association mondiale qui réapparaît maintenant grâce à Federico Carpi.

C'était en effet il y a 30 ans, en 1976, qu'à l'occasion de l'anniversaire du 10e Code belge de la procédure (1967-1977), au Gand, que j'ai conçu l'idée d'organiser un symposium mondial de droit processuel, avec le titre : Vers une Justice avec un visage humain.

Nous avons été époustouflés par l’énorme succès de cet événement, qui a amené pas moins que 300 participants de 50 pays au Gand.

Dans la préparation de ce premier Congrès mondial, j'ai pu compter sur le soutien sans limites de notre ancien Président très pleuré, Mauro Capelletti et de notre ancien Secrétaire général, également pleuré, Vittorio Denti.

Le ton a été ainsi donné, suivi immédiatement par l'approche du droit comparé et scientifique su droit processuel, mais maintenant à l'échelle mondiale - dans les pas de l'Association Internationale de droit processuel - lancée à Florence, en 1948.

Au début, il était difficile de trouver un emplacement pour tenir le Congrès mondial suivant. Finalement, c'était notre collègue Walther Habscheid qui a pris sur lui l'organisation de l'événement dans la ville magnifique de Würzburg.

Depuis lors nous avons organisé des Congrès à grande échelle tous les quatre ans : successivement à Utrecht, Coimbra, Taormina, Vienne et Mexique. Nous avons aussi réussi à adapter un Congrès extraordinaire à Bologne à l'occasion le 9OOth l'anniversaire de l'établissement là de l'université la plus vieille.

Des symposiums de dimensions plus modestes ont aussi été organisés dans des villes diverses, à savoir Lund, Lublin, Thessalonica, Nouvelle-Orléans, Gand, Bruxelles, Coimbra, Paris/Dijon, Vienne/Budapest, Kyoto.

Pendant le prochain Congrès mondial à Salvador de Bahia, le Présidium qui a été en fonction depuis Taormina (1995) sera renouvelé.

Quelques membres du Présidium ont consenti à prendre de nouveau les fonctions conjointement avec un certain nombre de nouveaux membres à être élus à Salvador de Bahia.

Ainsi, une nouvelle ère se terminera; l'ère de Niceto Alcala Zamora y Aragon, l'ère de Mauro Cappelletti et l'ère du Présidium actuel sera suivie d’une nouvelle ère qui assurera la continuité de notre Association, de renommée mondiale.

Il y a peu de domaines où la loi semblerait être si intimement liée aux intérêts nationaux comme la loi procédurale. Ceci a été systématiquement souligné dans tous les manuels ayant trait à la loi processuelle dans les 19e et 20e siècles.

Tel a aussi été l'expérience dans l'Union européenne, où initialement n'importe quelle tentative d'harmoniser, ou au moins rapprocher, la loi procédurale dans l'Union a rencontré une opposition particulièrement féroce.

Cette approche nationale, dans quelques cas nationaliste, contraste de manière aigüe avec le fait il n'y a aucune branche de droit dans le monde où les problèmes soient les mêmes partout : pour assurer l'accès à la justice que l'on accordera de manière à la fois abordable, rapide et transparente. Telle est la règle d'or, résumée dans l'Article 6 de la Convention européenne des droits de l'homme : "un procès équitable dans un temps raisonnable devant un juge impartial et indépendant".

Il n'y a aucun doute que la percée de loi processuelle sur le forum mondial doit son accomplissement au travail pionnier de comparatiste remarquable dans ce domaine, mon prédécesseur honoré et illustre, Mauro Cappelletti.

Son « Accès à la Justice », aussi son opus magnum, était une révélation stupéfiante au monde entier.

Avec l'Association Internationale nous avons construit plus loin sur cette base.

Le résultat de tous les symposiums et des Congrès a été publiée dans des volumes élégants et rendue de cette façon disponible aux spécialistes de tout le monde.  L'importation et l'exportation des meilleures pratiques processuelles civiles n’en est pas une exception, comme en témoigne le symposium le plus récent à Kyoto.

Maintenant, la période où j'e commence la fonction comme le Président doit être irrévocablement terminée au Salvador de Bahia. Je profite de cette occasion pour exprimer ma gratitude pour le privilège d'avoir expérimenté cette merveilleuse aventure internationale.

Je remercie mon prédécesseur, Mauro Cappelletti, avec qui j'ai pu partager une excellente coopération au profit  de notre Association.

Et ma gratitude au Présidium actuellement en fonction, qui depuis Taormina a invariablement et de façon permanente consacré sa pensée et a dirigé sa coopération dans l'intérêt de notre Association et le bien-être de citoyens dans le monde entier.

C'est à eux que nos pensées sont tournés à chaque fois que nous avons essayé de nous améliorer ou au moins de prendre des mesures vers l'amélioration d'institutions juridiques, le fonctionnement des procès et les règles de droit processuel.

Que tout aille bien avec le Présidium qui sera élu à Salvador en de Bahia. Tl est le souhait le plus ardent souhait d'un Président de l'Association International reconnaissant, étant sur le point la retraite.